Du 11 octobre au 18 décembre 2018, le cycle Silence des Armes et chant de la Terre  propose 9 concerts en écho à l’exposition À l’Est la guerre sans fin. 1918-1923, organisés sous l’égide et avec le soutien de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

C’est à l’hôtel des Invalides, en la cathédrale Saint Louis, un des lieux uniques et prestigieux de France, où la Nation rend hommage à ses soldats pour leurs sacrifices, que nous avons eu la chance de pouvoir assister plusieurs de nos clients à un concert inaugural.

Un concert magnifique donné par l’orchestre symphonique de la garde républicaine, dirigé par l’excellent et précis François Boulanger en la présence du soliste au piano, Jean-Philippe Collard.  Les musiciens de l’Orchestre de la Garde républicaine ont donné aux œuvres de  Ravel, Bartok et de Smetana une exécution superbe.

Beaucoup d’émotions en écoutant Bartok et Smetana notamment, une invitation à un voyage musical cette fois.

Nous avons été aussi particulièrement sensible au Concerto pour la main gauche de Maurice Ravel.

Comme le rappelle Michel Jakubowicz dans On magazine, “ce Concerto pour piano fut initialement composé pour le pianiste autrichien Paul Wittgenstein, qui lors du conflit de 1914-1918 perdit son bras droit. Bien décidé à ne pas cesser sa carrière, Paul Wittgenstein va commander aux plus grands compositeurs de son temps des Concertos pour piano composés pour la main gauche. Non seulement Ravel sera sollicité mais également Britten, Korngold, Schmidt, Strauss et Prokofiev. Débutant dans de sombres couleurs sonores diffusées par un contrebasson inquiétant, ce Concerto de Ravel va peu à peu émerger vers la lumière, après de terribles passages virtuoses où l’interprète doit absolument donner l’illusion d’utiliser ses deux mains.”